Daily Movies n°85 – Février 2018

Ce n’est donc pas un lifting, c’est carrément une mue complète que s’est offerte Daily Movies, après 85 parutions dans son format journal atypique qui nous plaisait tellement. Mais après presque 10 ans de bons et loyaux services – et oui, déjà, le premier numéro est sorti en octobre 2008 ! – dans cet habit à rebours des codes des périodiques traitant de cinéma, nous nous sommes dit qu’il était temps de passer à autre chose niveau format, tout en gardant nos spécificités. A Daily Movies, on est pas tellement adepte des anniversaires et de l’introspection : faire vivre un magazine dans un secteur de la presse écrite où la compétition fait toujours plus de victimes nécessite une activité permanente, et les dernières années ont ressemblé à un grand sprint qui laissait peu le temps de se retourner. Je saisis donc l’occasion de ce bouleversement pour regarder un peu en arrière et se sentir fier que Daily Movies, une aventure portée par de nombreux bénévoles talentueux et passionnés tout au long des années, continue de vivre malgré des hauts et des bas. Car oui, nous sommes très conscients que nous n’avons pas toujours pu hisser notre bébé au niveau de qualité ir
réprochable auquel nous prétendons. Mais nous avons toujours fait de notre mieux, ne sacrifiant jamais notre indépendance en vous offrant un avis impartial et argumenté, et en s’attachant à vous faire découvrir des perles cachées et des univers cinématographiques inconnus, à rebours des modes et tendances décevantes. Les rubriques restent donc plus ou moins les mêmes (on allait pas se séparer des indispensables « Il faut l’avoir vu ! » et « Nanar, mon amour ! ») mais avec 32 pages en couleur pour s’ébattre et une iconographie plus riche et soignée, grâce à un papier aussi soyeux que les fesses de Leonardo Di Caprio (enfin, du moins c’est ce qu’on nous a promis. Nous espérons donc que ce nouveau format, qui on l’espère vivra aussi longtemps que son prédécesseur, plaira aux professionnels qui nous soutiennent (et même à ceux qui nous soutiennent pas) et surtout à vous lecteurs ! N’hésitez pas à nous faire part de vos remarques, les gentilles et les acides, afin que l’on procède aux ajustements de rigueur pour le numéro suivant. D’ici là, excellente lecture et merci d’être encore là !

Yamine Guettari